Examen : exemples de questions

Exemple 1

Quel est le nom du système autonome dans lequel se situe le réseau de l'ENSICAEN ?


Exemple 2

On considère les matériels, logiciels ou protocoles suivants: IP, TLS/SSL, navigateur internet, switch Ethernet,

DItes pour chacun d'entre eux à quelle(s) couches(s) du modèle OSI ils correspondent.


Exemple 3

Une machine a pour adresse IPv4 153.55.119.20/23. Donnez l'adresse du sous-réseau auquel appartient la machine ainsi que le masque de sous-réseau en notation décimale pointée. Donnez l'adresse de broadcast du sous-réseau. Combien de machines peut-on placer sur ce réseau ? 


Exemple 4
Une entreprise a reçu le numéro de réseau suivant: 198.120.21.0 (classe C).

  • Quel est le masque de sous-réseau par défaut ?
  • L'entreprise souhaite diviser son réseau en 5 sous-réseaux, chacun pouvant compter au maximum 30 machines. Quel est le masque de sous-réseau à utiliser dans ce cas ?
  • Donnez l’ensemble des identifiants de sous-réseaux possibles en notation CIDR

Exemple 5

Soit une machine A sur le point d'envoyer un paquet IP à une machine B au sein d'un même sous-réseau de type Ethernet. La machine A devra au préalable avoir recours au protocole ARP (Address Recovery Protocol). Expliquez pourquoi. Expliquez aussi pourquoi, d'après vous, il n'est pas nécessaire d'échanger des messages ARP entre A et B avant chaque envoi d'un paquet IP de A à B.


Exemple 6

Décrivez la fonction accept() de l'interface socket d'UNIX (rôle, arguments et valeur de retour). Expliquez pourquoi l'appel de cette fonction est généralement suivi de la création d'un nouveau thread.


Exemple 7
On considère l'adresse IPv6 suivante 2001:0000:0000:0:cafe:0000:00:70b0

Quelle(s) notations parmi les deux suivantes sont équivalentes à la précédente ?

  • 2001:0000::cafe::70b0
  • 2001:0:0:0:cafe::70b
Justifiez quand ce n'est pas le cas.

Donnez la notation canonique de  2001:0000:0000:0:cafe:0000:00:70b0


Exemple 8

On considère un réseau de site 192.228.17.0/24 interconnectant 3 réseaux locaux numérotés 1, 2 et 3 au moyen de deux routeurs R1 et R2. Le routeur R1 est connecté à l’Internet. Chaque réseau local est considéré comme un sous-réseau du réseau de site ; le quatrième octet de l’adresse IP d'une machine est donc finalement décomposé en deux champs : <sous-réseau><machine>.

Reseau


8.1) A quelle classe d'adresses appartient le réseau de site ? Les adresses de ce réseau sont-elles routables sur l'internet ? 

8.2) Le masque de sous réseau (netmask) a pour valeur 255.255.255.224 ; sur combien de bits sont codées les parties <sous-réseau> et <machine> ? Combien de machines au maximum peuvent être adressées au sein d’un sous réseau ? Quelle est l’adresse de diffusion (broadcast) de chaque sous-réseau ?

8.3) Le nom de chaque machine a été défini pour identifier facilement le sous-réseau d’appartenance de la machine (premier chiffre) suivi d’un numéro d’ordre (deuxième chiffre). Attribuer des adresses IP aux machines pc11, pc12 et pc35.

8.4) Un paquet IP destiné à pc35 arrive en provenance de l’Internet. Décrire le travail du routeur R1.

8.5) Donner la table de routage du routeur R1.



Exemple 9

Voici le format d'une trame ARP (une ligne = 4 octets).

trame arp

Une capture sur un poste avec Wireshark donne la suite d'octets suivante pour une trame ARP (ce qui est en rapport avec ARP est orangé):

9.1) S'agit-il d'une requête ou d'une réponse ARP ?

9.2) Quelle est l'adresse MAC de celui qui est à l'origine de la requête ARP ? Quelle est son adresse IP en notation décimale pointée ?

9.3) Quelle est l'adresse IP de celui qui effectue(ra) la réponse ?

9.4) A partir de quoi peut-on supposer que la marque de la carte réseau de l'appareil qui effectue la requête ARP est différente de la marque de la carte réseau de l'appareil qui effectue(ra) la réponse ARP ?

Last modified: Friday, 13 April 2018, 5:01 PM